Continuons de virevolter avec cette Lune des Neiges… Même si parfois, les vastes étendues blanches monochrome peuvent nous sembler ennuyeuses, même si nous sommes dans une phase lunaire Selon James Clear, auteur de l’excellent livre “Atomic habits” : « Le principal obstacle à la réussite n’est pas l’échec, mais l’ennui. »

Alors, pour mettre un peu de couleur à ce Blanc neigeux je vous propose de découvrir le principe de Boucle d’Or.Souvenez-vous de son histoire :Perdue dans le bois après s’être éloignée de chez elle sans écouter les conseils de sa maman, Boucle d’or découvre une petite maison. Elle la trouve très confortable, entre par la fenêtre ouverte et s’y installe. Tour à tour, elle goûte à la soupe, essaie les chaises, les lits…« Assez chaud mais pas trop, elle a dit, c’est comme ça que je l’aime! Et miam, miam, miam… toute la bouille qui était dans le tout petit bol, elle l’a mangée. Toute ! »

Ce principe de Boucle d’Or repose sur la juste température et la juste des choses pour qu’elles nous soient acceptables ou bénéfiques.Cette image est aussi appliquée en astrobiologie, où la zone Boucle d’or correspond à la zone où la vie pourrait se développer : d’après Stephen Hawking : “Comme pour Boucle d’Or, le développement de la vie intelligente nécessite que les températures planétaires soient ‘juste bien’ « .Il existe ainsi des planètes Boucle d’Or .

Selon Wikipédia :

Cette appellation est une allusion au conte intitulé Boucles d’or et les Trois Ours dans lequel l’héroïne, Boucles d’or, décide de manger le gruau du bol de l’ourson lorsqu’elle se trouve au logis de la famille ours, car ce bol est « assez chaud, mais pas trop », tout comme doit l’être la zone habitable d’une étoile.

Une argumentation de Paul Davies à l’encontre de cette théorie : « Les observateurs sont présents seulement dans ses univers où comme pour la bouillie de Boucle d’Or, les choses sont « juste bien  » par accident ». James Clear fait le parallèle entre ce principe et la prise d’une habitude afin de trouver la juste quantité d’effort pour rester motivé.Trop facile : cela sera ennuyeux. Trop difficile, cela sera démotivant.Il illustre cela comme le fait de jouer au tennis avec un adversaire, soit vraiment en-dessous de nous ; soit au contraire, tellement bon que nous peinons à faire des échanges de plus de quelques balles…

D’après certains scientifiques, cette zone magique se trouve à environ 4% au-delà de nos capacités actuelles.Bon, à vrai dire, il n’est pas forcément facile de quantifier une telle progression…

Mais c’est cette constante recherche d’amélioration que je trouve passionnante. Trouver le juste mélange pour apprécier l’effort et susciter l’envie d’aller de l’avant, même si cela représente un challenge.

Toujours dans l’optique d’apprécier le chemin, dans une pente douce mais qui nous mènera, à un rythme agréable vers l’ascension de nos sommets.

Le chapitre du livre est en partie retranscrit ici :https://jamesclear.com/goldilocks-rule

Belle journée !