Ça y est : nous dirigeons lentement mais sûrement vers un temps plus froid et pluvieux.
Et avec lui son cortèges de joyeusetés hivernales : rhumes, bronchites, grippes…

L’année dernière, avec l’entrée de ma fille à l’école, nous avons dû faire face à des rhumes récurrents ponctués de toux ne présageant rien de bon…

Alors cette année, j’ai décidé de prendre les choses en main, je me suis mise à la recherche de différentes façons d’avoir un solide système immunitaire.
Après quelques tests et expérimentations, voici ma proposition de programme pour fortifier votre système immunitaire et vous donner par la même occasion un regain d’énergie :

(Veuillez noter que la suite de cet article n’a aucune vocation médicale : en cas de symptômes avérés, veuillez-vous référer à votre médecin).

Les bains détoxifiants :

Rien de tel pour se relaxer qu’un bon bain chaud à la fin de la journée !

Et pourquoi ne pas allier l’utile à l’agréable en ajoutant quelques ingrédients qui ajouteront un effet détox à votre bain ?!

C’est l’idéal pour remettre les compteurs à zéro après une journée de travail épuisante, et juste avant de se mettre au lit.

Immergez-vous dans votre bain juste avant de vous coucher car la décharge des toxines pourrait vous épuisez. De plus, le caractère relaxant de ces bains fera une excellente transition pour plonger ensuite dans les bras de Morphée.

Voici mes recettes de bains détoxifiants préférées :

Le bain au sel d’Epsom

  • 3 ou 4 poignées de Sel d’Epsom
  • 1 poignée de bicarbonate de soude
  • 5 càs de vinaigre de cidre
  • Quelques gouttes de votre huile essentielle favorite (j’ajoute une dizaine gouttes d’huile essentielle de lavande pour favoriser la détente)

Dans une casserole d’eau bouillante, dissolvez le sel d’Epsom et le bicarbonate de soude. Remplissez votre baignoire et versez-y la casserole, le vinaigre de cidre et vos gouttes d’huiles essentielles.

Restez dans le bain une vingtaine de minutes. Cela vous permettra de vous détoxifier grâce aux vertus du sel d’Epsom : absorbé par la peau lorsqu’il est dilué dans l’eau du bain, il va également absorber les toxines du corps.
De plus, ce sel a la propriété d’apaiser les douleurs musculaires. Il est aussi très riche en magnésium. Ce minéral va être libéré dans l’eau et pouvoir pénétrer dans les cellules via les pores de la peau. Même si l’absorption est moindre que par voie orale, la peau va intelligemment récupérer tout le magnésium dont le corps aura besoin.

Le bain à l’argile

  • 5 càs d’argile verte
  • 3 ou 4 poignées de Sel d’Epsom
  • Quelques gouttes de votre huile essentielle favorite

Cette fois-ci, avant d’entrer dans le bain, nous allons ajouter une première étape.
Dans un récipient non métallique, versez l’argile verte et ajoutez-y un peu d’eau de façon à former une pâte épaisse. Remuez avec une cuillère en bois ou en plastique. Enduisez votre corps de cette pâte verte et laissez la sécher sur votre corps pendant environ 5 minutes (le temps de remplir la baignoire).
Pendant ce temps, préparez votre bain en remplissant votre baignoire d’eau et en y ajoutant le sel d’Epsom, et, éventuellement les gouttes d’huiles essentielles.
Puis immergez-vous dans l’eau. Dans le bain, profitez-en pour enlever l’argile qui ne s’est pas dissout dans l’eau en frottant doucement.

Ce bain est très efficace pour se débarrasser des toxines et des métaux lourds en combinant l’action de l’argile et du sel d’Epsom.

Le bain au vinaigre de cidre

  • 200 ml de vinaigre de cidre
  • Quelques gouttes de votre huile essentielle favorite

Ajoutez à votre bain environ 200 ml de vinaigre de cidre ou l’équivalent d’une grande tasse (et les gouttes d’huiles essentielles si vous en avez envie).
Profitez de ce bain et lorsque vous sortez de l’eau, vous pouvez décider ou non de vous rincer la peau de l’eau vinaigrée (personnellement, je ne le fais pas).

Ce bain est tout indiqué pour les problèmes de peau : il apaise les démangeaisons et les coups de soleil, équilibre le pH de la peau et agit aussi sur l’eczéma.

Le jeûne

Voici une autre pratique particulièrement efficace pour faire un reset de son système immunitaire.

Le jeûne consiste à se passer volontairement de nourriture ou d’eau pendant un certain laps de temps.

On distingue différents types de jeûne :

  • Le jeûne intermittent : d’une durée comprise entre 14h et 24h
  • Le jeune prolongé : d’une durée supérieure à 24h

Ces jeûnes peuvent aussi se catégoriser de cette façon :

  • Le jeûne hydrique : où les liquides non caloriques (eau, tisanes, thé, café…) sont autorisés
  • Le jeûne sec : aucun liquide autorisé. Là aussi, il peut se découper en 2 catégories :
  • Jeune sec doux : on s’autorise le contact de l’eau : on peut prendre sa douche, se laver les dents…
  • Jeune sec dur : aucun contact avec l’eau. En effet, la peau a la propriété d’absorber de l’eau par ses pores. En cas de jeûne sec, sa capacité d’absorption sera augmentée. Les jeûneurs veulent, en évitant tout contact avec l’eau, se prévenir de cette entrée d’eau dans leur corps.

Le principe du jeûne est de mettre au repos son système digestif.
L’énergie n’est plus ainsi dissipée dans les fonctions digestives, mais elle est utilisée pour réparer le corps et faire son ménage intérieur.
On parle ainsi d’autophagie : c’est le processus mis en place pour se débarrasser des déchets cellulaires.

Dans la nature, lorsqu’un animal est blessé, il se met à jeûner, le temps de sa guérison. C’est un instinct primaire pour réduire le stress appliqué aux processus interne et se concentrer uniquement sur le combat contre les infections.

Le jeune intermittent

Le plus simple à implémenter est le jeûne intermittent : généralement, il suffit de zapper le petit-déjeuner ou le repas du soir pour atteindre une durée qui permettra l’activation de processus de régénération cellulaire.

Ainsi, si vous finissez le soir de manger vers 20h, vous recommencerez à vous nourrir au repas du midi, vers 12h, accumulant ainsi un jeûne de 16h.

Je préfère personnellement, lorsque j’ai la journée de libre, plutôt zapper le repas du soir et prendre un bon repas vers 14h et attendre seulement le petit-déjeuner du lendemain pour me nourrir à nouveau.
Ne pas avoir le ventre plein au coucher m’aide à mieux dormir. Par ailleurs, se coucher l’estomac vide, permet au corps d’utiliser pleinement le repos nocturne pour se concentrer à se réparer. Cependant, ce n’est pas forcément évident à mettre en place avec une vie sociale et familiale où les repas du soir pris en communs sont habituels. Lorsque je suis à la maison et que je souhaite sauter le repas du soir, je prépare le repas pour la famille, puis je m’assois avec simplement en buvant ma tisane du soir.

Le jeûne hydrique long

Lorsque vous avez habitué votre corps à ce type de jeûne, vous pouvez tenter l’expérience d’un jeûne plus long : en commençant par 24h, puis 2 jours, pour arriver progressivement à une durée située entre 3 et 5 jours, puis 1 semaine.

A partir d’un jeûne de 5 jours, le processus d’autophagie est pleinement actif, de nouvelles cellules souches pourront être créées à la réalimentation.

Voici un résumé des bienfaits du jeûne selon leur durée d’après le Dr. Fuhrman, auteur du livre « Fasting and Eating for Health » :

  • 3 jours : élimination des toxines et nettoyage du sang
  • 5 jours : début de la guérison et de la reconstruction du système immunitaire
  • 10 jours : nettoyage profond, aide à la prévention des maladies, y compris les maladies dégénératives.

Le jeûne sec

Enfin, un autre type de jeûne est le jeûne sec.
S’il est plus dur à suivre, ces bénéfices en valent le coup. En effet, un des bienfaits majeurs du jeûne sec est de mettre au repos les reins. Lors des jeûnes hydriques, les reins peuvent être surchargés du fait de l’augmentation du volume de fluides incorporés et du déchargement des toxines.

L’eau dont le corps a besoin va être créée directement par celui-ci à partir des cellules graisseuses.

En jeûne sec, vous atteindrez plus vite la crise d’acidose et formerez ainsi des cétones plus rapidement.

On dit qu’1 jour de jeûne sec équivaut à 3 jours de jeûne hybride et que 3 jours de jeûne sec équivalent à 5 jours de jeûne hybride.
Si vous êtes pressé, cela vaut le coup d’être considéré. Vous pouvez aussi alterner jeûne sec et jeûne hybride pour vous permettre de tenir le jeûne un peu plus longtemps.
De plus en jeûne sec, les personnes affirment souvent ne pas ressentir la faim et le trouve plus facile en ce sens que le jeûne hydrique. C’est alors plutôt la soif ou la sensation de bouche sèche qui les dérange.
Alterner jeûne sec/jeûne hybride peut ainsi être une bonne combinaison pour mener efficacement un jeûne à terme.

Veillez cependant à ne pas dépasser 5 jours de jeûne sec consécutif sans contrôle médical, ce type de jeûne peut être très dangereux s’il n’est pas correctement effectué ou supervisé.

En bref :

En résumé, voici un calendrier de jeûne hydrique qu’il peut être intéressant de mettre en place :

  • 24 h : 1 fois par semaine
  • 3 jours : 1 fois par mois, en routine de maintenance pour se nettoyer des toxines. Par exemple, du vendredi matin jusqu’au dimanche soir.
  • 5 jours : à chaque changement de saison, pour un nettoyage profond

A noter que mieux vous vous préparerez mentalement et physiquement auparavant (en adaptant votre alimentation au préalable : suppression des aliments raffinés, trop sucrés….), plus le jeûne sera facile.

Pour ma part, j’ai repris du poids et atteint mon poids de forme d’avant mes grossesses, en suivant un régime cétogène la plupart du temps (ou du moins bas en glucides). Je me suis donc autorisée à envisager le jeûne.
J’écoute beaucoup les podcasts de Ben Greenfield, Mark Sisson, Marcus Aubrey… et tous préconisent le jeûne.

Pour le moment, je pratique le jeûne intermittent. Je compte instaurer un jeûne sec de 24h toute les semaines. J’aimerais tenter le jeûne hydrique étendu en suivant le calendrier proposé par le Dr Fuhrman.

Si vous voulez en savoir plus sur le domaine, je vous conseille le site :

https://metanoialaporteauxmiracles.com/blog/

Aussi, quelques podcasts sur le sujet :

Petter Attia

Jason Fung

Les plantes

La nature nous offre aussi une myriade de remède pour lutter contre les petites infections de l’hiver.
Voici quelques tisanes à savourer qui pourront nous réconforter en les sirotant tranquillement, bien au chaud.

La tisane de thym

Le thym est très riche en phénols. Il possède des vertus antiseptiques, antibiotiques et antibactériennes qui font de sa tisane une redoutable alliée pour lutter contre les affections des voies respiratoires fréquentes.
Son action contre la bronchite a été démontrée lors d’études cliniques. En effet, le thym fluidifie les sécrétions de mucus et aide à son évacuation hors des voies respiratoires, facilitant ainsi la respiration.
Sa tisane vous aidera à faire passer un rhume. En cas de maux de gorges, vous pouvez aussi l’utiliser en gargarismes.

La tisane d’échinacée

L’échinacée possède des vertus antiseptiques. C’est aussi un puissant stimulant circulatoire et lymphatique. Cette plante est traditionnellement utilisée pour lutter contre les infections respiratoires causées par des virus ou bactéries et stimuler le système immunitaire. Elle permet aussi de diminuer les sécrétions de mucus pendant les rhumes

Jetons un œil aussi du côté des huiles essentielles. Ce concentré est un véritable miracle de la nature pour traiter
Quelques-unes de mes préférées lorsqu’un virus pointe le bout de son nez :

L’huile essentielle de Ravintsara :

C’est une huile essentielle est l’huile essentielle de référence contre les infections virales.
Son nom vient du malgache et signifie « arbre aux bonnes feuilles ».
Elle est particulièrement indiquée en cas d’infection de la sphère ORL : rhume, otite, sinusite…

Son utilisation :

Voie cutanée : en cas d’infection déclarée : 3 gouttes à répartir dans le bas du dos, le long de la colonne vertébrale et sur le thorax, 4 à 5 fois par jour, jusqu’à amélioration.

En prévention : 3 gouttes sur les poignets et respirer profondément, en prévention, une fois par jour, pendant les périodes à risques. Faire une pause d’une semaine après trois semaines d’utilisation.

Voie orale en cas d’infection déclarée : 1 goutte dans une cuillère à café de miel ou d’huile d’olive ou sur un sucre, 4 fois par jour, jusqu’à amélioration.

L’utilisation est issue du site :

https://www.compagnie-des-sens.fr/huile-essentielle-ravintsara/

L’huile essentielle de  Tea Tree :

Antibactérien, antiviral, antifongique, le tea tree ou l’arbre à thé possède une palette médicinale très étendue.
Il est utilisé pour lutter contre de nombreuses infections notamment en cas de maux de gorge.
Je vous renvoie encore à ce site pour le panel de son utilisation :
https://www.compagnie-des-sens.fr/huile-essentielle-tea-tree/

L’hypnose et l’auto-hypnose

Ensuite, je suis fermement convaincue que notre bien-être moral influe sur notre état physique.
Un stress intense pourra engendrer une poussée d’eczémas ou de psoriasis, des douleurs au ventre, des crampes d’estomac.
Tandis que si on se sent bien heureux, on respire plus légèrement, on se sent fort, comme si rien ne pouvait nous atteindre. Pour preuve aussi, l’effet placebo dont l’efficacité a été prouvé par de nombreuses études.

Quand j’ai commencé mon nouveau travail, un tas de soucis de santé me sont tombés dessus (hypothyroïdie, bronchites, kystes ovariens…), tandis que je n’avais jamais été malade auparavant. Ce travail était dans un domaine nouveau pour moi avec un stress au quotidien que je n’arrivais pas à gérer. Peu à peu, j’ai appris à apprivoiser ce nouveau travail et le stress qui en découlait. En alignant aussi les perspectives professionnelles avec les valeurs auxquelles je crois, j’ai peu à peu retrouvé la santé dont je jouissais naguère.

On emploie souvent cette image du mot « maladie » en l’écrivant « mal à dit » pour illustrer qu’une douleur est aussi une façon que votre corps a de communiquer avec vous, en vous engageant à être un peu plus à l’écoute.
Parfois, des traumatismes non digérés, un stress chronique, un sentiment de ne pas être à sa place,… va s’exprimer dans le corps d’une façon destinée à nous faire réagir : en créant des maux chroniques ou aigus.

L’hypnose peut nous aider, d’une part, à apaiser ces traumas ; d’autre part, à agir directement contre la maladie ou à fortifier son système immunitaire, via la connexion esprit/corps.

Grâce à une visualisation où nous imaginerons des tissus cicatriser, des os se reconstruire, des muscles se détendre, le système immunitaire se renforcer… nous pouvons accélérer un processus de guérison ou bien nous nous renforcer face aux maladies.

Cela est très courant dans le domaine du sport où les sportifs de haut niveau utilisent l’hypnose pour récupérer d’une blessure ou d’un traumatisme physique plus rapidement.

L’hypnose peut donc être utilisée de différentes façons :

  • Elle peut induire un état de détente profond. Le stress est un facteur aggravant dans de nombreuses maladies.
  • Elle peut aussi aider visualiser la régénération des cellules, des organes, …
  • Elle peut aider à mettre des mots et remonter certains traumas profondément ancré, qui n’ont su que s’exprimer par la maladie, apprendre à les accueillir et à trouver un moyen écologique pour soi, pour les exprimer différemment
  • Elle peut aussi permettre d’affronter les peurs de la maladie, de savoir l’accepter et même l’accueillir si elle est déjà présente.

En résumé, l’hypnose va agir sur le mental pour créer un terrain optimal pour que corps soit le plus performant possible.

Elle permet un voyage imaginaire au cœur de nos cellules pour activer certains gènes, suivre le trajet du sang amener de l’oxygène aux organes, donner de la lumière dans une partie du corps pour la soigner, passer sous une cascade bienfaisante et se libérer des toxines, faire revivre un tissu comme un arbre, amener du chaud ou du froid dans une partie du corps… Les possibilités deviennent infinies et, à la fois, unique avec la résonance de chacun.
En utilisant des images appropriées à chaque individu, elle ancre une possibilité d’auto-guérison et de régénération.

Et comme le disait Voltaire :

J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé

Le corps et l’esprit sont indissociables et pour soigner l’un, parfois, il peut s’avérer pertinent d’utiliser des chemins détournés.

Dans une autre mesure, c’est aussi ce qu’apporte le yoga. De mon côté, cela s’est produit dans l’autre sens, où c’est le corps qui a appris à mon esprit à être plus posé et à accepter de laisser venir les choses telles qu’elles se présentaient. J’étais beaucoup dans le mental, sans cesse en train d’anticiper les choses. Grâce au yoga, j’ai appris à me reconnecter à mon corps, à apprécier la lenteur, à sentir les muscles se délier en approfondissant une posture. J’ai appris à lâcher, petit à petit, ma tendance à être dans l’hyper-contrôle et à apprendre le lâcher prise, en me reconnectant à mon corps et en faisant taire un instant le mental qui avait toujours une tâche à accomplir, un projet à mener à terme, une case à rayer sur ma liste.

J’ai poursuivi le travail avec l’hypnose, cette fois-ci, en affrontant cette tendance de manière plus frontale, en travaillant sur ce mental. Cela a été très efficace, mais tout le travail préparatif du yoga n’y est certainement pas non plus anodin.

La respiration

Maintenant que vous avez bien visualisé vos cellules se régénérer, prenons une petite pause pour respirer. Car la respiration, elle aussi, apporte son lot de bienfaits à l’organisme. Passons en revue quelques-unes de ces respirations :

respiration

Kapalabhati

Cette respiration est une respiration fondamentale du yoga : c’est une technique de nettoyage qui permet de se recentrer et de se dynamiser rapidement.


Kapalabhati se pratique avec de petites expirations rapides et énergétiques, qui se succèdent « en rafales ». Entre deux expirations, l’inspiration se fait passivement.
Toute l’attention est portée sur l’expiration, qui est très dynamique (comme si on voulait expulser des poussières de ses sinus).
Lors de sa pratique, les expirations rapides permettent une éjection efficace du gaz carbonique et des autres impuretés sont fortement tandis que l’oxygénation du sang régénère les tissus. Le mouvement du diaphragme ainsi créé peut masser l’estomac, le foie et le pancréas et tonifier le tube digestif et ses glandes annexes. Les échanges gazeux sont peu à peu améliorés grâce à la purification et l’entretien de la souplesse du tissu pulmonaire. La sangle abdominale est également fortifiée.
Trois cycles de 5 minutes vont suffire pour avoir un effet remarquable.

Bhastrika ou le soufflet du forgeron

C’est une respiration de puissance qui vous dynamisera instantanément.
Cette respiration consiste à prendre de grandes inspirations à plein poumons et à les vider complètement. Les respirations sont les plus complètes possibles et associées à un mouvement du ventre (inspiration : le ventre se gonfle / expiration : le ventre se vide). Les respirations sont rapides et puissantes : leur son peut faire penser à un soufflet utilisé pour ranimer un feu.
Vous pouvez utiliser le mantra So à l’inspiration et Ham à l’expiration. Idéalement faîtes 5 cycles : 1-2 minutes de souffle, rétention poumons pleins, expiration lente et repartez !

C’est une respiration qui ressemble beaucoup à celle prescrite par Wim Hof dans sa méthode. D’ailleurs, enchaînons par cette méthode car elle aussi est redoutablement efficace pour stimuler son système immunitaire.

La méthode Wim Hof ou la thérapie par le froid


Wim Hof est un néerlandais, surnommé « l’homme de glace » car il a une étonnante résistance au froid. Bains de glace, nages dans des lacs de montagne, ascension du Kilimandjaro torse nus et en short… Rien ne lui fait peur !
Grâce à sa méthode, composée d’exercices de respirations et d’exposition au froid, il prétend pouvoir agir sur son système immunitaire afin de le rendre plus résistant aux maladies.

yoga du froid

Une expérience a été menée en présence d’un groupe de chercheurs, où pendant 1 semaine il entraîne 12 participants avec sa méthode, puis à la fin de la semaine, il fut injecté la bactérie E. Coli à chacun des participants. Pas de vomissement violent, pas de fièvre… juste un léger mal de tête à la clé. Une expérience plutôt engageante qui nous incite à tenter sa méthode !
De plus, Wim dégage une pêche et une énergie incroyable à travers ses interviews ! Son enthousiasme et sa passion sont si communicatifs qu’on plongerait volontiers avec lui dans l’eau glacée (enfin presque…)

Voici un résumé de sa méthode :

Les exercices de respirations

Faîtes 3 cycles de l’enchaînement de respirations suivantes :
30 respirations en hyperventilation
Expiration et tenue poumons vides jusqu’au réflexe de suffocation
Inspiration et tenue poumons pleins pendant environ 15 secondes

L’exposition au froid

Voici le moment attendu de la méthode : vous avez bien respiré : il est temps maintenant de plonger dans le froid !
Pour cela au choix :

  • Douches froides
  • Bains glacés, à température de 10/12°C : eau froide à laquelle vous ajouterez des seaux de glaçons
  • Nage dans des lacs ou dans la mer à température froide
Ishnaan

Exposez-vous graduellement au froid : comme pour tout, c’est en pratiquant que l’on s’améliore.

Selon Wim Hof, après 1 à 2 semaines de douches froides, les petits muscles qui sont présent autour de vos veines et qui se contractent au contact du froid vont se fortifier sensiblement et procurer une nette amélioration de la santé veineuse, diminuant ainsi l’effort nécessaire à fournir par le cœur pour la circulation sanguine.

Pour ma part, je ne suis qu’aux douches froides, mais j’aimerais pimenter un peu la pratique. Je vais commencer par les bains d’eau froide.
Mais ce qui me tente surtout est de pouvoir me baigner dans la nature par tout temps. Par ici, nous avons le lac de Lourdes qui est très agréable pour se baigner. Je sais ce qu’il me reste à faire quand les températures vont descendre ! Et si vous voulez vous joindre à moi pour une petite baignade, cela me fera chaud au cœur !

Stimuler son système lymphatique par l’Ayurvedâ

D’autres pratiques millénaires sont aussi riches d’enseignements pour se prémunir contre les maladies.
J’avais déjà évoqué ces pratiques dans un autre article. Je me permets de vous en rappeler trois de celles-ci car elles me semblent particulièrement adaptées en période hivernale.

Jala Neti

L’Ayurveda recommande de se laver le nez avec une solution d’eau tiède salée : Jala Neti.
C’est une technique très efficace en prévention et traitement des rhumes, des sinusites et des allergies saisonnières.
Cela consiste à faire couler de l’eau salée dans une narine, en ayant la tête penchée sur le côté, et de la laisser s’écouler par l’autre narine. Ensuite vous vous mouchez pour évacuer le mucus ainsi libéré.
Après Jala Neti, vous aurez la sensation de respirer beaucoup plus facilement et d’avoir les sinus bien dégagés.

Abhyanga

Abhyanga est une pratique d’auto-massage avec de l’huile. Cette technique permet de stimuler le système lymphatique.
Choisissez une huile végétale que vous affectionnez et massez-vous des extrémités jusqu’au cœur, en insistant sur les points de tensions éventuelles.
En hiver, utiliser une huile comme l’huile de sésame va également induire une sensation de chaleur. Elle est particulièrement indiquée pour soulager les personnes de type Vata, si vous vous intéressez à l’Ayurvedâ.

Nauli

Nauli signifie le barattage abdominal.

Cette technique va vous soulager des problèmes intestinaux, vous aider à la digestion et ainsi vous permettre de mieux assimiler les nutriments précieux contenus dans votre alimentation.

L’Ayurveda a tout un tas de protocoles pour être au mieux de sa santé. Si vous voulez aller plus loin, je vous engage à poursuivre sur cette page :

Stimuler son système lymphatique selon l’Ayurvedâ et par le Yoga

En anglais, cette fois, ces sites sont des mines d’or d’informations :

https://lifespa.com/
https://www.banyanbotanicals.com/info/blog-the-banyan-insight

Les compléments alimentaires

Enfin, quelques compléments alimentaires peuvent nous aider à apporter un surplus de vitalité à notre corps :

Le Vinaigre de Cidre

Comme tous les vinaigres, le vinaigre de cidre est composé d’acide acétique.
La particularité du vinaigre de cidre est d’être très riche en phosphore, calcium, magnésium, soufre, fluor, fer, bore et silice.
Il est aussi très concentré en potassium, essentiel pour l’équilibre acido-basique, menacé en cas d’inflammation.
Ainsi 2 cuillerées à café dans un peu d’eau chaude avant chaque repas est devenu mon petit rituel apéritif.

La vitamine C

De hauts dosages en vitamine C ont montré leur efficacité pour réduire la durée d’un rhume.
Pour cet effet, la dose recommandée est 1 000 mg deux fois par jour.
Cela agit aussi sur les rhumes et allergies en faisant baisser le taux d’histamine dans le sang.

La NAC

Cet acine aminé vous sera utile en cas de toux ou de bronchite. En effet, la N Acétyl Cystéine (NAC) est un précurseur de glutathion, un puissant détoxifiant cellulaire.
Il permet notamment de désencombrer les poumons.
La NAC permet aussi d’atténuer les symptômes en cas de bronchites chronique en amincissant le mucus, favorisant ainsi son excrétion.

Quelques postures de yoga

Enfin, quelques postures de yoga pourront vous permettre de conserver votre vitalité tout en vous procurant un instant de détente.

La Pince :

Voilà une posture de relaxation qui vous permettra de vous recentrer.

L’Arc :

Arc

Cette posture ouvre la poitrine : parfaite pour s’oxygéner pleinement !

La Salutation au Soleil

La Salutation au Soleil (Surya Namaskar) pour bien démarrer la journée

Rien de tel pour commencer la journée en faisant circuler l’énergie. Cela vous boostera pour toute la journée !

Le Héros Couché

Héros

Pour vous reposer, stimuler la digestion, faire de la place dans la cage thoracique, restez un moment dans cet asana.

Conclusion :

Voici pour ces quelques astuces pour être plus fort contre la maladie.
Cependant, si elle venait à arriver, parfois simplement accepter la maladie, en retirer son enseignement, sans culpabiliser, permet aussi de se défaire, ou du moins d’avoir un autre regards, sur ses maux.

Un rhume peut nous inciter à renouer avec les inhalations que notre grand-mère nous faisait et, ainsi, nous replonger en enfance, un mal de dos va nous donner l’autorisation de lever le pied, l’annonce d’une maladie va nous amener à repenser notre carrière, notre relations aux autres, redécouvrir certaines traditions… Tout cela peut devenir des occasions de nous reconnecter avec des parties de nous que nous avions peut-être tues ou pas su écouter pendant un moment trop long.

Même s’il est difficile d’être positif lorsque la douleur arrive, vive ou chronique, parfois juste être là dans le moment présent, se sentir vivant par elle, peut être un premier pas vers la guérison.

Et une nouvelle précaution d’usage : je ne suis pas médecin, donc référez-vous à votre médecin traitant si vos symptômes le nécessitent. Même si, personnellement, je suis convaincue des effets du mental sur notre capacité de guérison, de l’importance de la nutrition, de l’activité physique, et des bienfaits des thérapies qualifiées d’ « alternatives », je ne veux pas tomber dans un extrémisme malvenu et nier l’efficacité de la médecine moderne et toute son utilité. Une petite vidéo qui m’a amusée et qui titille notre sens critique :

Si vous avez d’autres méthodes pour fortifier votre système immunitaire, n’hésitez pas à en faire part dans les commentaires !
Ou bien si vous êtes partants pour m’accompagner pour une baignade au lac de Lourdes ou se soutenir mutuellement dans l’entreprise d’un jeûne !

Namaste !

Sources :

https://www.justebien.fr/bienfaits-thym/
https://www.altheaprovence.com/blog/systeme-immunitaire-echinacee/
https://www.compagnie-des-sens.fr/huile-essentielle-ravintsara/
https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=2002091900
https://www.alternativesante.fr/vinaigre-de-cidre/vingt-recettes-pour-vous-soigner-avec-le-vinaigre-de-cidre
https://www.drfuhrman.com/library/eat-to-live-blog/144/fasting-rejuvenates-the-immune-system
https://fitness.mercola.com/sites/fitness/archive/2012/08/24/intermittent-fasting.aspx

Restons en contact !

Les dernières infos, évènements, podcasts,... Ne ratez rien !